Institut    Évènements    Revue    Bibliothèque    Parents    Anciens    Archives   
Saint-Boniface Parnasse    Présentation    Responsables    Cours et options    Inscriptions   
Se connecter

Conférence P De Muelenaere

 
Entrez le titre ici...

Compte-rendu de la conférence de Pierre De Muelenaere (4 mai 2017)

 

par Nicolas SIMON (LG 06)

 

IRIS, une spin-off devenue leader mondial. Réflexions sur les relations entre l’entreprenariat et l’enseignement

 

Sorti de Saint-Boniface en 1976 (option Latin-Mathématiques), Pierre De Muelenaere était de passage à Saint-Boniface en mai dernier à l’invitation de l’Association des anciens pour son traditionnel dîner-conférence. L’événement avait d’autant plus d’importance cette année en raison des 150 ans du collège.

 

Ingénieur civil de formation, Pierre De Muelenaere a obtenu un doctorat en Sciences appliquées à l’Université catholique de Louvain (1987). Souhaitant commercialiser les résultats de sa recherche, il crée ce qui n’est alors qu’une spin-off, mais qui deviendra progressivement un leader mondial : IRIS (Image Recognition Integrated System). Spécialisée dans la reconnaissance optique des caractères (OCR), les logiciels et les outils développés par IRIS permettent notamment de scanner les pages d’un livre, de magazines, de documents, etc. pour ensuite transférer ces informations vers un ordinateur en vue de les retravailler. Introduite en bourse en 1999, IRIS a été reprise par le géant Canon en 2015 selon les souhaits de Pierre De Muelenaere. Afin de partager cette expérience longue de 33 années, l’ex-CEO (Chief Executive Officer) d’IRIS et ancien de Saint-Boniface a décidé de publier un livre retraçant son parcours (The IRIS Book). C’est notamment du contenu de ce livre dont Pierre De Muelenaere a entretenu le public venu nombreux pour l’écouter.

 

The IRIS Book est, de l’aveu même de son auteur, une « collection de souvenirs et de leçons apprises pendant l’expérience » qu’a constitué la direction d’IRIS. Troisième spin-off créée au sein de l’Université catholique de Louvain (UCL) à une époque où ce n’était pas encore devenu un habitus académique, l’entreprise est passée par un nombre non négligeable d’étapes : spin-off, société cotée en bourse, expansion à l’international et rachat par un grand groupe mondial. Comme l’a bien rappelé l’orateur, IRIS n’est pas une aventure récente. IRIS a même fêté ses 30 ans en 2015 ! Pierre De Muelenaere a récapitulé au moyen de plusieurs chiffres ce que représente l’entreprise qu’il a porté sur les fonts baptismaux : € 1,5 milliards de revenus cumulés, € 80 millions en profits cumulés et 200 000 hommes/jours nécessaires pour le développement des divers projets menés.

 

Affirmer que cet ancien de Saint-Boniface n’est pas peu fier d’être resté si longtemps actif dans un tel secteur est un euphémisme. En effet, la durée moyenne des cinq cent plus grandes entreprises au monde est inférieure à 25 ans ! En tant qu’entrepreneur, il faut donc pouvoir déjà être satisfait si son entreprise perdure au-delà de 5, 10 ou 15 ans. Selon l’orateur, un bon entrepreneur serait finalement une alliance subtile entre deux opposés. D’un côté, tel un bouddha, il convient d’être détaché, d’observer la situation avec un certain recul sans avoir constamment la tête dans le guidon. Il faut pouvoir être un bon gestionnaire de crises sans pour autant céder à la panique. D’un autre côté, il faut également pouvoir être proactif, volontaire. Bref, il ne faut pas hésiter à se lancer dans des projets parfois risqués, à l’image des shogun, ces anciens généraux militaires japonais.

 

Au cours de la soirée, Pierre De Muelenaere a bien rappelé qu’une carrière d’entrepreneur dépend de plusieurs facteurs. Ainsi, l’environnement socio-culturel dans lequel on évolue influence irrémédiablement les choix que l’on pose en tant qu’entrepreneur. En effet, cet

environnement peut parfois – sinon souvent – conditionner la réussite d’une aventure entrepreneuriale. Une conclusion s’impose donc comme une évidence à Pierre De Muelenaere : il faut s’intéresser à l’enseignement, tant le niveau secondaire que le supérieur, car c’est là que beaucoup de choses peuvent se jouer pour la carrière d’un futur entrepreneur.

 

Plus fondamentalement, l’enseignement est essentiel pour développer les capacités de chacun, non seulement des élèves qui sont en classes pour apprendre mais aussi des enseignants dont le statut n’est pas toujours valorisé. Dans son ouvrage, Pierre De Muelenaere revient d’ailleurs sur cette situation qui relève, à certains égards, d’un nœud gordien. Certes la question des structures du système éducatif et de son financement constitue un enjeu qu’il convient d’aborder avec sérieux, mais ces deux aspects deviennent souvent le seul prisme par lequel est envisagé l’enseignement en Belgique.

 

Précisons que Pierre De Muelenaere n’a pas oublié son passage à Saint-Boniface. Dès l’entame de sa conférence, il a d’ailleurs eu cette phrase évocatrice : « Une partie de mon cœur est resté ici ». Et de rappeler une anecdote de la Chandeleur 2016. Pierre De Muelenaere a demandé à un ancien camarade de classe qui a dorénavant son fils à Saint-Boniface si quelque chose avait changé depuis leur rhéto en 1976. Réponse sans équivoque de l’ami : Rien ! Pour notre orateur, il ne fait cependant aucun doute que des choses ont changé : des professeurs sont partis, les programmes ont connu des modifications, le nombre d’élèves a crû, etc. Pour autant, ce qui n’a pas l’air d’avoir scié d’un iota est cet esprit Saint-Boni ! Mais qu’est-ce que cet esprit Saint-Boni dont on parle souvent sans pour autant s’aventurer à la définir ? Pour Pierre De Muelenaere, la réponse est simple : une collection d’activités et d’événements qui se produisent plus par passion que par obligation, ceux organisés en dehors du programme officiel. Cela vous rend fier, au-delà de la transmission de capacités ou de connaissances. L’importance est donc d’insuffler l’inspiration et la flamme d’une passion nécessaires au travail acharné. En pointant l’importance de ces activités organisées en dehors des heures de cours, Pierre De Muelenaere tend à souligner que ce sont elles qui permettent de déclencher la créativité, la passion et la motivation des jeunes.

 

Pour Pierre De Muelenaere, c’est la gymnastique qui l’a particulièrement occupé lorsqu’il était élève à Saint-Boniface. L’importance du groupe de gymnastes conduit par le professeur Paul De Bouver est à jamais gravé dans la mémoire de notre orateur : entraînements matinaux et sur le temps de midi, gala annuel à l’Institut, compétitions régionales, etc. En 5e année, c’est la rencontre avec le professeur Jean-Marie Pironet – présent lors de la conférence pour écouter son ancien élève – qui lui fait prendre conscience de la beauté de la langue française et qui lui donne même l’envie d’être professeur de français. En rhétorique, une nouvelle rencontre se produit et elle sera décisive : Daniel Noul est le professeur de mathématiques de Pierre De Muelenaere. Notre néo-rhétoricien songe alors à devenir professeur de mathématiques avant que Daniel Noul lui-même ne l’en décourage afin de l’orienter vers les études d’ingénieur civil. Pierre De Muelenaere a alors suivi les cours spéciaux dispensés après les heures de cours par le professeur Noul pour, in fine, réussir du premier coup l’examen d’entrée aux études d’ingénieur. Le reste, comme on dit, relève de l’Histoire…

 

Quelques verbatim pris sur le vif

A propos de ses 33 années passées chez IRIS : « J’ai décidé de m’arrêter après 33 ans… parce que bon, c’est un chiffre sympa. Et dans notre milieu, ça évoque quelque chose évidemment ».

 

Sur sa première réaction quand on lui a proposé d’être coach pour des futurs entrepreneurs à l’UCL (fonction qu’il affectionne depuis lors) : « Si on avait mis devant moi, quand j’étais jeune, un vieux crouton pour me donner des conseils je n’aurais certainement pas apprécié ».

 

Sur la vision à court terme de nombreux CEO : « Le CEO qui dit qu’il a tout changé en trois ans, on sait bien que ce n’est pas vrai puisqu’il reprend les rênes d’équipes qui travaillent sur le même projet depuis 10 ou 15 ans ».

 

 

Comment se procurer The IRIS Book de Pierre De Muelenaere ?

L’ouvrage est disponible auprès de certaines librairies : Diffusion universitaire Ciaco (Louvain-la-Neuve), Chapitre.be (Louvain-la-Neuve, Namur), Presses universitaires de Bruxelles (ULB à Bruxelles), Filigranes (Bruxelles), Librairie du Midi (Bruxelles), Librairie Molière (Charleroi), Librairie Scientia (Mons).

 

Il est également possible de commander l’ouvrage directement sur le site de l’éditeur : www.pygargue-international.com

 

Caractéristiques techniques : 474 pages, 17cm x 24cm, images et tableaux en couleur,

Prix de vente : € 45 (hors frais d’expédition)

  Administrer cette page

Description:

Compte-rendu conférence 2017

Détails:

Auteur:

Webmaster

Dernière édition:

Sat, 10 Mar 2018 22:17:37