Institut    Évènements    Revue    Bibliothèque    Parents    Anciens    Archives   
Saint-Boniface Parnasse    Présentation    Responsables    Cours et options    Inscriptions   
Se connecter

Interview Nicolas Sim

 
Entrez le titre ici...

Interview de Nicolas Simon (LG 2006), nouveau président de l’Association des ancien(ne)s

 

Après douze années passées à présider aux destinées de l’Association des anciens et des anciennes, Yves Xhardez (LG 1957) a passé le relais à Nicolas Simon (LG 2006). On vous propose donc de partir à la rencontre du tout nouveau président de l’association.

 

- Première question qui s’impose : quel parcours avez-vous suivi à Saint-Boniface ?

A Saint-Boni, j’ai suivi le parcours classique, et ce dans tous les sens du terme. J’ai suivi des études de Latin-Grec. J’ai donc eu le plaisir d’avoir Karol Warmuz – fraîchement retraité – comme professeur pendant presque quatre années ; il était d’ailleurs notre titulaire en rhétorique. Un moment emblématique aura sans nul doute été la 5e année où nous avions Pierre Collet comme titulaire. Il nous donnait 12h de cours par semaine : Français, Latin, Grec, Histoire et Religion ! Je pense que j’ai des anecdotes pour le restant de ma vie.

 

- Et après Saint-Boniface, qu’avez-vous fait ?

On peut dire que j’ai fait le yo-yo entre l’Université Saint-Louis – Bruxelles et l’Université catholique de Louvain. J’ai entamé des études d’histoire à Saint-Louis (baccalauréat) que j’ai terminées à l’Université catholique de Louvain (master). Je suis ensuite revenu à Saint-Louis pour effectuer une thèse de doctorat que j’ai soutenue en avril 2017. Depuis octobre 2017, je suis me suis stabilisé, si je puis dire : j’ai obtenu un mandat de Chargé de recherches FNRS à l’UCL tout étant professeur invité à Saint-Louis.

 

- Quels ont été vos liens avec l’association jusqu’à présent ?

On ne va pas se mentir. Pendant longtemps, je n’ai pas très bien perçu la plus-value d’une telle organisation. Avant d’être membre du comité de l’association, je n’avais jamais assisté à un dîner-conférence, par exemple. Je suis revenu à Saint-Boniface vers 2015, par l’intermédiaire du Fonds Saint-Boniface, l’ASBL chargée de la conservation et de la valorisation des archives du collège. Comme je faisais une thèse en histoire, cela intéressait Pierre Vandenbosch (président du Fonds) et Thierry Scaillet (conservateur, historien qui est devenu mon collègue à l’UCL)…même si je suis plutôt focalisé sur les 16e et 17e siècles. Avec Thierry Scaillet, j’ai donc commencé à rédiger des articles pour la Revue. On a également mis au point une (modeste) exposition à l’occasion de la venue de Laurence van Ypersele pour le dîner-conférence de 2015 consacré au centenaire de la Première Guerre mondiale. De fils en aiguilles, on m’a suggéré de poser ma candidature comme représentant de décennie à l’Association des anciens. Et on connait la suite.

 

- C’est encore important d’avoir une association des anciens et des anciennes en 2017 ?

Absolument ! L’Association doit pouvoir être un relais, un moyen utile pour rester en contact, en tant qu’ancien(ne)s, avec Saint-Boni. Il ne s’agit toutefois pas de penser en termes de patrimonialisation du passé ou de « l’esprit Saint-Boni ». Comme je l’ai dit dans mon discours lors de la proclamation des rhétos, Saint-Boniface n’est et ne doit pas être l’apanage de quelques-uns. C’est un kaléidoscope de personnes, de parcours et d’histoires. C’est cet ensemble et cet bigarrure qui rendent Saint-Boniface unique. Participer à la valorisation d’un passé, d’un patrimoine, de mémoires individuelles, c’est essentiel, mais à condition que tout ceci ne devienne pas ankylosant. C’est un équilibre fragile, j’en suis conscient.

  Administrer cette page

Description:

Interview de notre nouveau Préside

Détails:

Auteur:

Webmaster

Dernière édition:

Sat, 10 Mar 2018 22:05:45